Rétrospective 2019 : luttes et victoires

ACCUEIL / Actualités / Dossiers thématiques / Rétrospective 2019 : luttes et victoires

Rétrospective 2019 : luttes et victoires


Le secteur du commerce, des services et de la distribution a encore été particulièrement touché par les réformes de notre gouvernement : l’année 2019 a été une bataille pour la dignité humaine et contre un système d’exploitation capitaliste.

MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS

Le 4 février 2019, ce sont près d’un millier de militants déterminés qui ont envahi le Marché International de Rungis à partir de minuit afin d’exiger une hausse des salaires et la justice fiscale et sociale. À ce rendez-vous d’action nocturne, de nombreux travailleurs sans papiers, des militants politiques, ainsi qu’une centaine de gilets jaunes venaient donner un air d’unité à cette initiative.

MOBILISATION DU 5 FÉVRIER

Le 5 février a eu lieu une grande journée de mobilisation nationale et interprofessionnelle contre la casse sociale, la politique de Macron et son gouvernement. L’ensemble des élus et syndiqués étaient appelés à se mobiliser dans leurs entreprises et dans la rue afi n de conquérir la justice sociale, fi scale et fortifi er le rapport de force. Nous avons compté plus de 160 manifestations dans toute la France.

RESTALLIANCE

Le 12 mars, la CGT a appelé au rassemblement pour protester contre les discriminations, les licenciements abusifs et exiger la réintégration de 2 collègues. Sourde aux tentatives de dialogue, piétinant les droits des salariés et des représentants du personnel, la direction est restée invisible. La direction de RESTALLIANCE portera la responsabilité du développement du conflit social par son inaction.

CWT (CARLSON WAGONLIT TRAVEL)

Suite à une réunion du 26 mars durant laquelle la direction a une nouvelle fois refusé les revendications et, ne proposant quasiment rien, une journée de grève générale s’est organisée. Les salariés revendiquaient une augmentation de salaire, la reconnaissance des qualifications et un plan d’actions sur les risques psychosociaux. En parallèle, le groupe avait publié ses résultats « en forte croissance ».

MOBILISATIONS DU MOIS D’AVRIL

Plusieurs grandes journées de mobilisation nationale et interprofessionnelle ont eu lieu contre la régression sociale lors du week-end de Pâques, les 19 et 20 avril, dans la plupart des grandes villes du pays, ainsi que le 27 à Paris Montparnasse. Tous les acteurs de la société se sont réunis dans une convergence des luttes lors d’un printemps social très intense afin de former une riposte générale pour la justice fiscale, sociale, climatique ainsi que contre le gouvernement et le Medef.

MOBILISATION DU 9 MAI

Le 9 mai, journée de manifestation, la Fédération a choisi de se mobiliser aux côtés des services publics et de l’intersyndicale unitaire pour faire vivre la convergence des luttes. Les camarades issus de nos champs fédéraux se sont réunis afi n d’exiger la restitution du CICE. Alors que les travailleurs du commerce et des services sont frappés par des suppressions massives de leurs emplois, la Fédération dénonce les attaques contre les garanties collectives et individuelles, contre les travailleurs, leurs acquis et conquêtes sociales.

FIDUCIAL PRIVATE SECURITY

Les camarades de la prévention sécurité de l’enseigne FIDUCIAL PRIVATE SECURITY se sont mobilisés le 20 mai 2019 pour dénoncer les conditions de travail déplorables et la répression syndicale, et pour réclamer le paiement des heures supplémentaires au mois. Suite aux élections, la CGT devient première organisation syndicale.

HÔTELS CAMPANILE ET PREMIERE CLASSE

Dès le 21 mai, une grève s’est tenue durant 32 jours au Pont de Suresnes. Le Louvre Hôtels Group a cédé ! Les salariés ont obtenu des augmentations de qualifications, de salaires et de mensualisations, ainsi que l’amélioration de leurs conditions de travail !

AUCHAN

Suite aux annonces de la direction au mois d’avril concernant la mise en vente de 21 sites, la CGT a déclenché une grande journée de grève. Les salariés du groupe ont débrayé devant le siège d’Auchan le 23 mai afi n de demander l’arrêt total des procédures de suppressions d’emplois et dénoncer une nouvelle fois l’utilisation de l’argent public.

MOBILISATION DES 4 ET 14 JUIN

Les 4 et 14 juin ont été des journées de forte mobilisation pour des services publics de qualité, dans le transport, l’énergie, les télécommunications, la santé, l’éducation, ou encore la fonction publique territoriale. Face à la casse sociale, une riposte globale a eu lieu pour exiger le remboursement immédiat des sommes versées par l’État à des fins d’optimisation financière, pour le patronat et leurs actionnaires, au détriment de l’emploi.

SYSCO

Le 6 juin, la CGT a donné rendezvous pour une grande mobilisation  chez SYSCO LIMONEST, après une semaine de grève sur plusieurs sites pour dénoncer un changement de rythme pour les préparateurs, un accroissement des charges de travail et des projets de suppressions d’acquis sociaux. À ce jour, la direction est restée sourde face aux revendications des travailleurs.

MAGASIN ACTION

Le 7 juin s’est tenue une mobilisation avec les salariés du magasin Action Saint-Denis pour dénoncer des changements d’horaires intempestifs, des pauses décalées, voire refusées arbitrairement, des salaires de misère et aucune prime, des diff érences de contrat de travail entre les anciens et les nouveaux salariés, un manque de sécurité dans le magasin...

GROUPE ACCOR HÔTEL IBIS

Depuis le 17 juillet 2019, les salariés de la sous-traitance de l’hôtel IBIS de Batignolles sont en grève illimitée. Ce mouvement est une bataille pour la dignité humaine, contre un système d’exploitation. Les salariés de la sous-traitance ne bénéfi cient pas du même statut social que les salariés embauchés. La Fédération a soutenu les grévistes dans leur demande d’internalisation. Le 12 septembre, Marlène Schiappa, Secrétaire d’État et le député de la République en Marche Stanislas Guerini sont venus rencontrer les grévistes. Des promesses ont été faites pour faciliter la résolution du confl it, sans résultat à ce jour. Les femmes grévistes appellent régulièrement à des rassemblements de soutien devant l’hôtel IBIS Batignolles.

TATI-GIFI

Le 19 juillet, la CGT appelait l’ensemble des salariés à se mettre grève et à se rendre au siège social pour exprimer leurs revendications lors de la 1ère réunion de négociation, ainsi que le 25 juillet lors de la réunion extraordinaire du CSE. À l’été 2017, la société GIFI avait racheté l’ensemble des magasins TATI pour créer la société TATI MAG. Le repreneur avait promis de tout mettre en oeuvre pour développer au l’enseigne et ne pas faire de PSE. Résultat : fermeture de 13 magasins, cession d’au moins 26 magasins, transformation des TATI en GIFI, fermeture de l’entrepôt…

KFC

« Travailleuses et travailleurs sans papiers. On bosse ici, on vit ici, on reste ici ! » Face aux fantasmes sur l’immigration, la CGT a souhaité réaffirmer le principe de réalité, d’égalité et l’unité du salariat pour ces travailleurs dont les conditions de travail sont très souvent dégradées, voire contraires à la dignité humaine. Une mobilisation s’est organisée le 1er octobre pour dénoncer la casse des services publics et revendiquer la régularisation automatique des travailleurs sans papiers.

MOBILISATION DU 24 SEPTEMBRE

Le 24 septembre était une grande journée de grève et de mobilisation nationale et interprofessionnelle pour lutter contre la régression sociale. Plus de 150 000 personnes ont défilé dans plus de 170 villes de France. Cette journée marque notamment le début d’un processus de lutte contre le projet de retraite par points voulu par Macron-Delevoye.

FRANPRIX BEAUREPAIRE

L’ensemble du personnel de Franprix s’est mobilisé le 11 octobre 2019. Le patron refusait d’engager toute négociation, malgré l’intervention de la DIRECCTE, faisant preuve d’un grand mépris envers ses salariés. Après 46 jours de grève, les salariés ont repris le travail la tête haute, suite à d’âpres négociations. Grâce à leur grande détermination, ils ont pu obtenir entre autres : une augmentation de salaire, une prime annuelle, le paiement du temps de pause, la présence d’un agent de sécurité, la fermeture du magasin plus tôt afin que les salariés partent à l’heure.

CONFORAMA

L’année 2019 a été très tendue pour les salariés de Conforama. Plusieurs grèves et mobilisations contre le plan social annoncé par la direction ont eu lieu. Conforama a annoncé en juillet dernier un plan de restructuration prévoyant la fermeture de 32 magasins de l’enseigne et celle de 10 magasins Maison Dépôt, ainsi que 1 900 suppressions de postes. Une grande journée de mobilisation a eu lieu en juillet lors de la réunion du CCE. La direction a prétexté que des actes de violence ont empêché la tenue de la réunion du CCE. Le 16 octobre, à l’occasion de la septième réunion de négociation, une nouvelle journée de grève s’est mise en place.

LES NOUVEAUX ROBINSON

Les salariés de la coopérative « Les Nouveaux Robinson » se sont mobilisés le vendredi 22 novembre, Toutes les livraisons du magasin de Montreuil (93) ont été bloquées. Les salariés ont revendiqué une prime de fin d’année de 1 000 euros, la mise en place d’un 13ème mois, la prise en charge d’une journée d’arrêt maladie par an et par salarié, ainsi que de véritables augmentations de salaires.

GRANDE DISTRIBUTION

Le 26 novembre, les salariés de la grande distribution se sont mobilisés devant le Géant Massena. Force est de constater que les salariés de ce secteur subissent les ventes et les cessions de magasins qui suppriment plusieurs milliers d’emplois, l’automatisation des caisses et de la logistique, l’extension des horaires de soirée et des ouvertures le dimanche, la modération salariale depuis des années, etc. Concernant les horaires de soirée, le Ministère du Travail a renvoyé la concertation dans la branche. Cela prouve que la mobilisation commence à payer.

GROUPE CASINO

Cette année, nous avons assisté à un véritable démantèlement du Groupe. La Direction Casino a annoncé les transferts des hypermarchés et supermarchés à Lidl, Leclerc et Intermarché. La CGT dénonce le manque de transparence et l’absence de dialogue social. La Fédération s’est opposée à ces cessions de magasins, car les salariés transférés n’avaient aucune garantie. De plus, une grande lutte contre le travail de nuit et les ouvertures du dimanche s’est mise en place, Casino ayant trouvé le moyen de détourner la loi. Il y a eu plusieurs grandes mobilisations et journées de grève depuis le début de l’année dans tous les Géants et Supermarchés, des mobilisations en interprofessionnelle tous les dimanches depuis la fin août et pour finir le grand rassemblement du 26 novembre suite à l’assemblée générale du groupe.

CASTORAMA ET BRICO DÉPÔT

Les salariés de Castorama et de Brico Dépôt se sont mobilisés le 1er février. C’est dans la continuité des luttes et des actions précédentes, que les entrepôts et magasins exigeaient la revalorisation des salaires.

L’HÔTEL DIEU INTERCONTINENTAL DE MARSEILLE

Les salariés de l’hôtel Dieu Intercontinental de Marseille sont en grève en cette fin d’année. Ils dénoncent des salaires indécents, des heures supplémentaires non payées, ainsi qu’un effectif insuffisant pour eff ectuer un travail de qualité. Une sous-traitance massive de l’ensemble du personnel pourrait être assimilée à du délit de marchandage. La Fédération réfl échit à porter l’affaire devant la justice.

Top