Quand le mépris de McDonald’s pousse au drame

ACCUEIL / Actualités / Informations / Quand le mépris de McDonald’s pousse au drame

Quand le mépris de McDonald’s pousse au drame


Hier, mardi 7 août 2018, un salarié de McDonald’s de Saint Barthélemy (Marseille), qui est également représentant du personnel, a tenté de s’immoler par le feu sur son lieu de travail. Ce geste violent survient dans un contexte de lutte, alors que McDonald’s s’apprête encore à jouer à la chaise musicale en transférant des restaurants d’un franchisé à un autre, sacrifiant au passage des emplois. Sauf que dans ce cas, le bouchon est poussé encore plus loin puisque McDonald’s a décidé de sacrifier un restaurant entier en le cédant à un repreneur qui l’exploiterait sous un autre concept et dont on ignore totalement la pérennité financière, étant nouveau sur le marché.

Ce restaurant constituait tout un symbole de lien social dans un quartier défavorisé, où beaucoup ont eu l’opportunité de se construire un parcours professionnel. Car pour la plupart, il ne s’agissait pas d’un simple job, mais d’un socle social et professionnel, dont l’ancienneté se compte en dizaine d’années.

Malheureusement, le social est bien le cadet des soucis de McDonald’s. Ce n’est pas faute d’avoir essayé d’alerter McDonald’s de la gravité de la situation. Sans réponse. L’incident d’hier n’est pas un fait divers minime, mais bien le point culminant d’une tragédie que McDonald’s a écrit lui-même avec mépris et arrogance. Ces salariés ne demandent ni plus ni moins qu’à garder leurs emplois. Combien de drames encore, combien de victimes, combien de sacrifices humains avant que McDonald’s ne se décide à considérer ses salariés comme des êtres humains et non comme de la « chair à burger » ?

Ce système de franchises arrange bien les affaires de McDonald’s qui s’en sert à chaque fois pour se dédouaner de la gestion des crises sociales, du moment que le canal financier fonctionne bien !

Notre Fédération s’alarme de ce drame qui constitue un cri d’alerte dans un ultime geste qui aurait pu se finir tragiquement. Si le pire a été évité cette fois-ci, McDonald’s se doit impérativement de renoncer à toute idée de transfert et maintenir les emplois. Pour notre Fédération, il est de la responsabilité de McDonald’s France de garantir les emplois dans tous ses points de vente et surtout de créer un socle commun de garanties collectives pour les salariés de l’enseigne.

CP McDonald's.pdf

Contact :  Amel Ketfi

Top