Au menu de Flunch : destruction de l’emploi sur fond de fermetures en cascade

ACCUEIL / Actualités / Informations / Au menu de Flunch : destruction de l’emploi sur fond de fermetures en cascade

Au menu de Flunch : destruction de l’emploi sur fond de fermetures en cascade


Lors du Comité Central d’Entreprise des 31 mai et 1er juin 2018, la Direction de Flunch annonçait le projet de fermeture des restaurants Flunch Belfort, Rouen Centre et Nancy Saint Sébastien. Cette annonce s’inscrit dans un contexte de destruction massif des emplois amorcée déjà depuis deux ans par l’enseigne : fermeture de Flunch Montpellier Polygone en 2017, puis de Bordeaux Mériadec ; suivies de la non-réouverture de Nice Cap 3000, ainsi que de Toulouse Jaurès. En 2016, d’autres restaurants avaient également fermé leurs portes.

Alors que la direction de Flunch justifie ce carnage social par des difficultés économiques et financières et anticipe d’ores et déjà huit autres fermetures, les actionnaires font main basse sur la totalité des fonds disponibles au titre des dividendes dégagés, soit la bagatelle de 157 millions d‘euros !

Si les dividendes ont progressé en deux ans, passant de 4 millions d’euros en 2016 à 18 millions d’euros en 2018, les conditions de travail des salariés se sont quant à elles sérieusement dégradées et les restaurants délabrés.

La CGT refuse ces fermetures et luttera pour sauver les 6000 salariés qui composent l’enseigne Flunch, car le groupe Mulliez et ses actionnaires disposent des moyens nécessaires pour sauvegarder les emplois. Lors du Comité Central d’Entreprise des 13 et 14 septembre 2018, les actionnaires devront répondre de leur cupidité responsable de ce massacre social !

La CGT dénonce cette avidité sans bornes destructrice et mettra tout en oeuvre pour protéger l’emploi.

CP Flunch.pdf

Top