Des députés LREM veulent aller plus loin dans la précarisation

ACCUEIL / Actualités / Informations / Des députés LREM veulent aller plus loin dans la précarisation

Des députés LREM veulent aller plus loin dans la précarisation


Dans une tribune du JDD en date du 18 août, une vingtaine de députés LREM « veulent aller plus loin sur le travail du dimanche ». Ils veulent aller où ? Vers toujours plus de précarité ?

La Fédération CGT Commerce et Services s’interroge sur tous les chiffres avancés par ces députés, alors qu’à ce jour aucune enquête sérieuse ou bilan n’ont été faits. D’où sortent ces chiffres ? Des chiffres nous en avons, et bien réels. Depuis la Loi Macron d’août 2015, ce sont plus de 20 000 emplois qui ont été supprimés dans des secteurs pourtant ouverts le dimanche : Carrefour ex Dia, Flunch, Jardiland, Castorama, Brico Dépôt, Auchan, Happychic (Jules, Brice), La Halle, Pimkie, Hippopotamus, Décathlon, Maxi Toys, la Grande Récré, Tati, Bodyguard… La liste est loin d’être exhaustive.

Ils veulent nous faire croire que ça se bouscule au portillon de l’employeur pour travailler le dimanche, nous invitons ces députés à essayer de vivre avec 800€ par mois et nous verrons s’ils ne courront pas eux-mêmes pour travailler le dimanche !

Ce sont ces mêmes députés qui invoquent sans cesse le modèle social allemand et qui préfèrent évoquer l’Angleterre lorsqu’il s’agit du travail du dimanche, et pour cause, l’Allemagne est opposée au travail dominical alors que sa croissance est nettement supérieure à celle de la France. Que dire de la Pologne qui jouit d’une croissance en hausse (5,1% au premier trimestre 2018) et qui pourtant vient de voter la fermeture des commerces le dimanche.

Comble de cette tribune, ces députés souhaitent encore une fois donner toujours plus de libertés aux entreprises et, par la même, engraisser les actionnaires, mais ne disent rien de la liberté des salariés qui sont eux aussi leurs concitoyens, et de leurs conditions de travail !

La Fédération CGT Commerce et Services réaffirme son opposition à la banalisation du travail du dimanche et rappelle qu’il existe d’autres choix sociétaux pour peu que l’on veuille bien partager les richesses : 32 heures, augmentations des salaires, embauches en CDI à temps plein.

CP Travail dimanche.pdf

Contact :  Amar Lagha

Top