Retour

[ÉCHANGES 402 – Septembre 2021]

Publié le 15/09/2021

Contenu

  • Échanges

Tous mobilisés le 5 octobre !

Chers Camarades,

J’espère que la période estivale vous aura permis de vous ressourcer et de profiter de vos proches ; sachant pertinemment que beaucoup d’entre nous n’ont pas pu bénéficier pleinement de ce précieux conquis social que sont les congés payés, en partant en vacances.

Mes camarades, cette rentrée sociale est inédite.

Le gouvernement utilise cette période pour donner une fois de plus des moyens aux patrons pour réorganiser leurs entreprises par le biais de licenciements. Le passe sanitaire est un chantage à l’emploi !

Notre fédération a condamné ce dispositif, cela va encore une fois pénaliser les plus précaires et créer des tensions entre clients et salariés ; notamment pour les salariés de la sécurité qui seront dans l’obligation d’accomplir un travail qui ne leur incombe pas, sans aucune revalorisation de salaires et, pire encore, pour une majorité d’entre eux, avec leur propre portable.
Voilà le monde de Macron.

S’il s’agit réellement d’une question de santé publique pourquoi ne pas imposer au patronat que chaque salarié puisse disposer d’heures pour aller se faire vacciner ?

Au contraire le patronat exige du gouvernement toujours plus de faveurs, ne serait-ce que sur le travail dominical favorisé par des dérogations préfectorales pour soi-disant rattraper le retard de chiffre d’affaires et fluidifier la clientèle ! Personne n’est dupe. Ces stratégies sont tout simplement mises en place pour aller à la généralisation du travail le dimanche.

Une chose est sûre, cette crise ne dérange en rien le capitalisme ni le patronat. Pour preuve les résultats des entreprises du CAC40 dont la majorité constate des résultats en hausse : 37 entreprises qui ont publié leurs résultats du 1er semestre ont atteint la modique somme de 57 milliards d’€ soit une augmentation de 33%.

C’est une des raisons, parmi tant d’autres, pour laquelle il est urgent sur chaque lieu de travail, de débattre et convaincre les salariés de se mobiliser et à appeler à la grève pour une augmentation des salaires et une nouvelle répartition des richesses : le 5 octobre tous en grève.

Lire le magazine