Retour

[ÉCHANGES 406 – Janvier 2022]

Publié le 10/03/2022

Contenu

  • Échanges

Gagner sur nos revendications, c’est notre résolution.

En ce début d’année 2022, l’équipe de la Fédération vous souhaite douze mois remplis de joie, de solidarité et de luttes victorieuses.

Soit, au regard de la situation, de l’épidémie de Covid-19, il nous est encore difficile d’imaginer un lendemain plus clément tant cette année commence comme les précédentes se sont terminées.

En 2022, malgré le rebond de cette épidémie, ensemble restons optimistes et ambitieux, voire à la hauteur de nos revendications pour construire un avenir commun et solidaire.

Macron et son gouvernement, y compris sous couvert de la loi d’état d’urgence sanitaire et de ses ordonnances, ne sont qu’un nouveau prétexte à un nouveau recul des droits sociaux.

Force est de constater la destruction du code du travail, la déréglementation du temps de travail, la réforme sur l’assurance chômage, la retraite dont l’âge de départ ne cesse de reculer, la casse du service public, la sécurité sociale attaquée…

Au plus le gouvernement légifère, au plus s’accentuent les reculs sociaux !
Le patronat a la vie belle et le vent en poupe, pour tout casser, notamment les collectifs de travail, le statut du salarié, les conquis sociaux obtenus depuis des décennies, la défense des salariés au travers de la réforme des IRP, l’emploi au travers de l’enchaînement de PSE, de RCC…

Au sein de nos secteurs, les luttent recensées démontrent que le changement de cap est engagé. La prévention sécurité (Fiducial Sécurité, Samsic Sécurité, BSL Sécurité, Protec Alphaguard, France gardiennage Sécurité, Lancry protection, Seris security), Monoprix, Auchan, Carrefour, Castorama, Leroy Merlin, Action, FNAC, Cora, Sephora, H&M : la révolte s’étend.

A partir des revendications principales que sont l’emploi et les salaires, ensemble allons au débat avec les salariés, pour organiser la lutte.
Pour permettre de gagner ce rapport de force et de préparer des journées d’action, dans les entreprises ainsi qu’au travers de journées interprofessionnelles, à commencer par celle du 27 janvier 2022.

En 2022, l’action syndicale ne doit pas être confinée, ensemble nous devons tout mettre en œuvre, entendre la colère des salariés, des jeunes, des plus précaires et des privés d’emploi, ensemble nous devons aller à la gagne.
Face à toutes ces attaques, c’est à nous de prendre la rue, seule la lutte paie. Ensemble, engagés et déterminés pour la conquête de nouveaux droits, écrivons l’histoire.

Lire le magazine