Retour

[ÉCHANGES 412 – Juillet-Août 2022]

Publié le 14/09/2022

Contenu

  • Échanges

Elections législatives : Un réveil partiel sanctionnant le gouvernement

Les élections législatives viennent de se terminer avec un désaveu inouï du gouvernement en place par la population. Ce résultat signifie et symbolise beaucoup de choses car le gouvernement Macronien n’a pas compris le message qui lui a été adressé dès le premier tour des élections présidentielles, en restant constamment sur sa ligne autoritaire et de régression uniquement pour les plus précaires.

La classe de la population à revenus moyens et faibles, voire très faibles, non seulement ne peuvent plus vivre dignement avec la conjoncture actuelle, mais aussi restent les grands oubliés du pays.

Aujourd’hui, les différentes augmentations des produits de première nécessité deviennent de plus en plus du luxe, ce qui est totalement aberrant et absurde car la richesse existe dans ce pays, mais très mal répartie, et résultant de choix de gestion inappropriés par les gouvernements.

Nous avons actuellement une revendication qui fait l’unanimité dans le monde du travail : c’est l’augmentation des salaires. Ce vecteur de lutte, qui doit s’inscrire dans la durée et dans tous les secteurs d’activités professionnelles, est le seul levier direct pour rétablir le déséquilibre entre travail et travailleurs.

Evidemment, la population française est composée de travailleurs en activité ou en recherche d’emploi, sans écarter les retraités. Sous cet angle, une politique d’urgence de prise en compte de leur situation relative à leurs problématiques doit voir le jour pour leur permettre de sortir de ce phénomène de précarisation.

Notre organisation syndicale combat les idées xénophobes et continue à le faire pour mieux armer nos militants dans les entreprises comme en dehors, avec un renforcement des formations, des journées d’études, de débats et d’échanges, avec des propositions claires sans ambiguïté afin de faire reculer voire disparaître ce fléau.

Tours les enseignements doivent être tirés sur la progression de sympathisants de ces idées dans nos rangs car cela est indigne, tout aussi bien sur le plan moral que sur les valeurs que porte la CGT.

Ce qui est sûr, c’est qu’avec la composition actuelle de l’Assemblée Nationale, Macron ne dispose plus de la carte blanche qu’il brandissait à tout moment avec ces ordonnances qu’il prescrit sans aucun diagnostic.
Cette situation ne doit pas nous déconcentrer de nos activités syndicales car les élections professionnelles dans les entreprises arrivent à grands pas et nous devons tout mettre en œuvre pour que nos militants soient en ordre de bataille car elles s’annoncent très disputées.

La victoire est la chute d’un long fleuve qui prend sa source dans la conviction.

Lire le magazine