Retour

[ÉCHANGES 416 – Décembre 2022]

Publié le 05/01/2023

Contenu

  • Échanges

Face à une situation salariale désastreuse, continuons la mobilisation…

La situation salariale continue de s’aggraver, les salaires sont au plus bas, les conditions de travail de plus en plus précaires et les employeurs ne cessent d’augmenter la charge de travail pour plus de production et donc plus de bénéfices, au détriment des salariés.

Au même moment, la France continue gracieusement de distribuer des dividendes, elle est même la Nation à en avoir distribué le plus, alors que le monde entier parle de crise économique.

La crise : ce sont les salariés qui la subissent, pas les actionnaires.
L’écart entre les plus riches et les travailleurs, qui créent la richesse, n’a jamais été aussi important, amenant à de plus en plus d’inégalités, et de plus en plus de misère.

Nous devons donc pousser encore plus notre campagne salaire, car le salaire reste l’objet d’un affrontement idéologique de classe entre le capital et les travailleurs détenteurs de leur force de travail.

Alors que le coût de la vie ne cesse de croître, que ce soit les denrées alimentaires, l’énergie, le carburant… Tout augmente sauf les salaires, rendant un grand nombre de foyers de plus en plus précaires.
Il est donc urgent de se mobiliser partout où cela est possible, afin d’exiger la réouverture immédiate des négociations salariales. Il est urgent de se battre pour que nous puissions vivre dignement de notre travail, cela passe par un salaire minimum d’embauche à 2000 euros pour 32 heures de travail, car le plein emploi est possible !

Cela permettra également, contrairement à ce que certains disent, de maintenir les régimes de retraite sans avoir besoin encore une fois de perdre des acquis durement gagnés.

Nous devons exiger une meilleure répartition des richesses, augmenter les salaires, pas les actionnaires !

Lire le magazine